Monjuic

Publié le 2 Avril 2014

Monjuic

J'ai publié l'autre jour un article sur un custom assez sympa sur base de Larverda. En faisant quelques recherches sur les 750 et 100 de la marque, j'ai appris qu'il existait aussi des 500, essentiellement commercialisées sous le nom d'Alpino. En continuant de fouiller, je suis tombé sur ces drôle d'engins, produits en petite série, nommés Montjuic. En voici la brève histoire d'après ce que j'ai réussi à reconstituer.

 

A la fin des années 70, les frères Slater, importateurs de la marque de Breganze au Royaume-Uni, décider de tirer parti d'une victoire de Laverda sur le circuit catalan de Montjuic pour commercialiser une version coursifiée de l'Alpino 500. Conservant le châssis de la base italienne, les anglais upgradèrent les suspensions, équipèrent l'engin d'une paire de bracelets, des cames de la compté-client S1, de pistons haute compression et d'un ensemble carénage - cul de selle supposé rappeler les grandes soeurs ultra-sportives SF et SFC.

Commercialisée en 1979, la Montjuic était une vraie Laverda. Ses 50 chevaux, rétifs à bas régime, et son châssis "enclumesque" en faisaientt un engin pénible en usage quotidien mais, comme en atteste un essayeur de l'époque, franchement jouissif dès lors que l'horizon se dégageait. Stable, puissante, légère et exigeante, elle propulsait son pilote dans un bruit absolument infernal (des pots Sito Sport plus vide que mon porte-monnaie après Noël) vers un Nirvana motard qui n'avait que peu à faire avec les critères d'évaluation raisonnables. Son seul vrai défaut fut peut-être une certaine instabilité à haute vitesse probablement dûe à son tête de fourche fixé sur les tés de fourche. Ce qui en 1982 valut à la Montjuic une version baptisée MkII équipée cette fois d'un carénage plus enveloppant fixé au cadre qui n'était pas sans rappeler la Ducati Pantah dont le design Guiggiaresque a marqué son époque. L'année suivante, des pertes financières chroniques et de nouvelles normes de bruit sonnèrent le glas de la Montjuic.

 

Aujourd'hui, les rares Montjuic survivantes parmi les 250 exemplaires produits font l'objet d'un culte sourcilleux de la part d'amateurs qui les restaurent scrupuleusement et les promènent sur circuits. On n'est pas près d'en croiser une sur les routes...

La Laverda 500 S1 inspiratrice

La Laverda 500 S1 inspiratrice

La Montjuic MKII de 1982

La Montjuic MKII de 1982

La Alpino 500, l'inspiratrice

La Alpino 500, l'inspiratrice

Monjuic
MonjuicMonjuic
MonjuicMonjuic

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0
Commenter cet article