Eric Poitevin, Les Papillons, 1994

Publié le 1 Septembre 2010

 

Il y a une quinzaine d'années de cela, j'étais libraire.

 

Un jour, un client, galeriste, a laissé en dépôt une pile de grands livres blancs à la couverture de carton fort. J'ai ouvert l'exemplaire au dessus de la pile et j'ai feuilleté. J'ai ensuite acheté ce livre, le plus beau livre de ma vie.

 

http://i338.photobucket.com/albums/n432/vonsontag/art/DSC_0825.jpg

 

Eric Poitevin est photographe. Il produit depuis les années 80 une oeuvre habité par le temps : on connaît de lui ses photos prises dans les bois qui entourent les champs de batailles de la Grande Guerre, ses images de biches mortes prises à la chambre, ses photos de corps sur fond blanc et une incroyable et magnifique série des derniers poilus survivant de la première guerre mondiale. Un photographe obsédé par le temps et son oeuvre qui, sous une forme hyper contemporaine, perpétue l'interminable travail des artistes classiques confrontés à la mort, à l'histoire.

A la mort de son grand-père, nous dit l'histoire, Eric Poitevin a hérité d'un cabinet contenant la collection de papillons de ce dernier. Las, la collection, soigneusement conservée dans des boîtes vitrées, ,'était plus que poussière colorée, ironiquement décrite pas des étiquettes jaunies et délavées.

 

Alors Eric Poitevin a pris sa chambre photographique et a saisi, grandeur nature, chacune des boîtes à papillons qui constituaient la collection évanouie de son grand-père mort.

 

Je ne suis pas certain de ce qu'il a essayé de partager avec nous, mais je sais ce que je ressens chaque fois que j'ouvre ce livre. Je sais aussi que Jean-François Dumont et Jean-Paul Michel, l'éditeur, ont trouvé là-dedans assez de beauté et de sens pour avoir envie d'en faire un bel ouvrage et qu'il est aujourd'hui dans ma bibliothèque.

 

 


http://i338.photobucket.com/albums/n432/vonsontag/art/DSC_0826.jpg

 

 

http://i338.photobucket.com/albums/n432/vonsontag/art/DSC_0827.jpg

 

 

http://i338.photobucket.com/albums/n432/vonsontag/art/DSC_0828.jpg

 

 

http://i338.photobucket.com/albums/n432/vonsontag/art/DSC_0829.jpg


http://i338.photobucket.com/albums/n432/vonsontag/art/DSC_0833.jpg

 

 

J'aurais pu rechercher l'email de l'artiste et lui écrire en lui demandant de confirmer cette histoire. Je ne l'ai pas fait. Elle est trop belle.

 

 

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Petits Lus

Repost 0
Commenter cet article

Lamy Patrice 21/03/2012 15:48


Bonjour,


et bien moi, je l'ai imprimé ce livre, Eric était mon client. D'abord avec mes collègues on a détouré les bruts de photogravure, puis cet ouvrage a été imprimé sur presse deux couleurs en 1994.
Ensuite on a passé un vernis de protection sur l'impression et tout est parti pour faire une magnifique reliure avec couture à plat entre cartons forts.


Ce fut une très belle commande, qui mit en avant notre savoir-faire pour le plus grand bonheur d'Eric. On a ensuite continué avec des photos de sous bois et d'autres de gibier tué, avec cette
même reliure. Et toujours pour d'excellents moments avec Eric Poitevin. Merci Eric de nous avoir permis par ta confiance de réaliser de si magnifiques commandes...


 

VonSonntag 21/03/2012 21:51



Merci beaucoup pour ces quelques mots, Patrice. Il doit être effectivement gratifiant de travailler avec et pour un artiste de la trempe d'Eric Poitevin dont je regrette qu'il ne fut pas plus
connu du grand public. En ce qui me concerne, ses photos de biches et sa forêt interdite (ou maudite, je ne sais plus) sont en tête de ma liste de folies à faire dès que j'aurai gagné le gros lot
du loto. ;-)



vincent 31/12/2010 10:26



J'adore ce livre, j'ai fait la même découverte il y a très longtemps. Merci !



Vence 26/11/2010 19:56



Vous pouvez trouver une chronique sur la dernière exposition d'Eric poitevin sur ce site : http://blog.paris3e.fr/post/2010/11/26/Eric-Poitevin



David Cobbold 02/09/2010 14:22



Sans avoir vu ce livre, je crois comprendre cela : il aurait saisit l'éphémère (éphémérité ?) de la vie, par le passage de la beauté vivante, puis la beauté figée dans la collection,
avant le retour vers la poussière. Un hommage empreint de la tristesse de la disparition.