Publié le 28 Février 2011

Bon, on va la faire courte. Si vous voulez l'histoire complète de ce machin, lisez le dernier numéro de Sideburn. David Andersson, le propriétaire et maître d'œuvre y détaille sa construction avec une honnêteté et un sens de l'auto-dérision tout à fait estimables. Disons que coutumier des rêveries mécaniques vespérales évanouies au lever du soleil, ce suédois s'est levé un matin tout étonné d'avoir un projet chevillé à l'esprit au point de dépoiler son supermot Husky 570 et de se dire que, s'il voulait un vrai flat/streettracker, il allait devoir se lancer dans une vraie construction. Il a cherché un cadre, n'en a pas trouvé ; a fini par croiser la route d'un gentil métallo qui a accepté sa commande. Il a cherché des pièces, s'est trompé, a recherché d'autres pièces et, patiemment, a modifié, adapté, remodifié, monté, démonté et remonté sa moto pour enfin obtenir ça :

 

husqvarna_streettracker2.jpg

 

 

husqvarna_streettracker3.jpg

 

 

husqvarna_streettracker5.jpg

 

 

husqvarna_streettracker1.jpg

 

 

husqvarna_streettracker4.jpg

 

 

 

Source : Krookstreetracing

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0

Publié le 24 Février 2011

hotel-chevalier.jpg

 

J'avais un peu oublié ce film en fait. C'est seulement de retour du cinéma après un pénible et pesant Black Swan que je m'en suis souvenu. A cause de la jolie Nathalie Portman, bien sûr, mais pas seulement... Et en prime, une vidéo de Peter Sarstedt extraite d'un vieux Top of the pops.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Whatever

Repost 0

Publié le 23 Février 2011

pangea_zion-express.jpg

 

Andy Carter de Pangea Speed, officine motocyclettiste basé à Salt lake City, a des idées de design aussi arrêtées qu'élégantes. Ses aptitudes manuelles étant à la hauteur de ses ambitions, il ne faisait pas de doute qu'en plus de ses t-shirts, des couvercles d'allumage et autres pédales de kick, il nous ferait connaître son point de vue sur ce que personnaliser une moto voulait dire.

 

Zion express est apparue sur l'interweb depuis maintenant quelques mois mais je n'avais pas eu l'occasion d'en détailler l'aspect, encore moins la construction. C'est désormais chose faite grace à cet article de Chop Cult qui, outre une chouette vidéo de la bête et de son géniteur, propose également quelques détails de sa fabrication.

 

Nous avons donc un moteur de Sportster datant de 1972, amputé de sa fragile boîte 4 au profit d'une 5 + overdrive,  monté dans un cadre rigide Flyrite. La carrosserie à été entièrement formée à la main et à la roue par Andy Carter à partir de tôle. Le filtre à air, le couvercle d'allumage, l'échappement, le très beau carter de primaire, le sissy bar ainsi que les guidons - auxquels doivent sans doute s'ajouter des dizaines de trucs et de machins que je n'ai pas eu la patience de détailler - sont également produits par Pangea Speed et certains sont même en vente dans leur boutique.

 

C'est vrai l'engin est étrange : à mi-chemin entre le grille pain 50's et le mobilier art-deco. Il doit certainement autant à Raymons Loewy qu'aux dessinateurs Marvel, mais force est de constater qu'il roule, plutôt fort même, et qu'il est plus que plaisant à regarder...

 

 

zion-express01.jpg


 

pangea_poster.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0

Publié le 23 Février 2011

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #' sounds good

Repost 0

Publié le 22 Février 2011

PriscillaWright752.jpg

...s'appelle Priscilla Wright et nous vient du Playboy de février 1966

via les pages de Monsieur 752.

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Chicks - babes & ladies

Repost 0

Publié le 21 Février 2011

Matt, le talentueux builder australien et blogueur à ses heures s'est offert une petite Gopro. Ce qui m'a permis de conduire un panhead pour la première fois de ma vie...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0

Publié le 21 Février 2011

A l'origine, le cyclecar était une bagnole de pauvre. La catégorie doit en effet sa naissance à un système de taxes répandu dans l'Europe des années 20 qui excluait de son spectre les véhicules légers, en général moins de 350 kg. Morgan, Samson, Amilcar, Major, Alcyon, marques auxquelles s'ajoutèrent bientôt une centaine d'artisans anglais et plusieurs dizaines de français et d'américains produisirent donc des véhicules à trois ou quatre roues, susceptibles de réponde à une demande populaire pour des engins légers, souvent motorisés par des propulseurs de motocyclettes, capables de transporter monsieur au boulot la semaine et de courir le week end. Aujourd'hui, les cyclecars sont devenus, comme tant d'autres choses, des jouets de riches collectionneurs. La firme Morgan l'a d'ailleurs bien compris puisqu'elle s'apprête à revenir à ses premières amours et commercialiser un cyclecar mû par un moteur de Harley Davidson. Ça n'est pas pour faire mon vieux con, mais les JAP de l'époque avaient quand même une autre gueule...

 

 

cyclecar-morgan.jpg

 

cyclecar-darmont-2.jpg

 

cyclecar_morgan.jpg

 

 

cyclecar-samson.jpg

 

cyclecar-moto-guzzi.jpg

 

cyclecar4.jpg

 

cyclecar2.gif

 

cyclecar_new-morgan-3-wheeler-2.jpg

 

 

cyclecar1.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0

Publié le 17 Février 2011

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0

Publié le 17 Février 2011

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Bielles chaudes

Repost 0

Publié le 16 Février 2011

Le makila ou makhila est un bâton traditionnel basque. Canne de marche, il se double d'une arme de défense grâce à un poinçon dissimulé sous la virole du pommeau et à son pied lesté.

 

La fabrication du bâton commence à même le néflier dont il est issu. L'artisan repère une branche susceptible de faire une belle canne et la scarifie de manière à produire des dessins géométriques après cicatrisation. Après la coupe, le bois sèche durant plusieurs années et subit un traitement de teinture. A l'atelier, sont fabriquées les deux viroles. Celle de la poignée dissimule un poinçon, celle du pied, une pointe.

   ;

L'exemplaire photographié ici appartenait à mon arrière grand-père et date probablement de la fin du XIXe siècle. C'était une canne de tous les jours, pas un modèle de luxe ; elle ne porte ni devise ni date de fabrication comme il était coutume d'en orner les makhilas d'honneur.


 

makila1.jpg

 

makila2.jpg

 

makila4.jpg

 

makila3.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par VonSonntag

Publié dans #Whatever

Repost 0